Skip to content

La consommation de CBD est-elle détectable au test salivaire ?

On vous explique !

Actuellement, de plus en plus de Français introduisent le Cannabidiol dans leurs rituels quotidiens. La promesse d’une multitude de bienfaits au naturel tente le public français ; cependant, la crainte d’être contrôlé positif lors des tests salivaires l’empêche de sauter le pas. En effet, même si la législation française agit à présent en faveur de la démocratisation du CBD, elle renforce également les mesures répressives à l’encontre des substances stupéfiantes. De nouveaux modèles de kits de dépistages, plus pointus, sont fournis aux gendarmeries du pays à destination des contrôles routiers. Quelques minutes suffisent alors à déterminer si la personne testée a consommé des substances illicites comme le cannabis, la cocaïne ou encore l’héroïne. Ces stupéfiants sont jugés dangereux pour la santé, et surtout pour la sécurité, lorsqu’elles impliquent une personne au volant d’un véhicule. Toutefois ces contrôles sont-ils réellement aptes à différencier les diverses molécules présentes dans les plans de chanvre ? Le CBD est-il détectable au test salivaire ?

Qu’est-ce que le CBD ?

Le Cannabidiol, plus connu du public sous le nom de CBD, est une molécule constitutive du plant de chanvre. Il est particulièrement apprécié pour les bienfaits qu’il procure à l’organisme. Anti-inflammatoire, antidouleur, et remède naturel contre l’anxiété, le CBD suscite l’intérêt de milliers de Français. D’ailleurs, la communauté scientifique recommande son usage étant donné qu’il ne provoque aucun effet psychoactif. Le Cannabidiol circule donc librement sur tout le territoire européen. Sa consommation est parfaitement légale, du moins tant que les produits dérivés au CBD respectent les normes en vigueur dans le milieu. Ainsi, le taux de THC ingéré doit obligatoirement être inférieur à 0.2%. Dans le cas contraire, le risque d’être dépisté positif au test salivaire augmente proportionnellement. A titre de rappel : le THC désigne un Cannabinoïde qui accompagne le Cannabidiol dans la plante de chanvre. Il est réputé pour ses effets psychoactifs, propices à engendrer des modifications comportementales, potentiellement dangereuses, surtout dans le cadre de la conduite d’un véhicule.

Les tests salivaires ciblent-ils le CBD ?

La loi française déclare formellement que le CBD n’est pas classé dans la catégorie des substances stupéfiantes. Il est mis librement en vente dans les magasins spécialisés. D’ailleurs, il est possible de s’en faire prescrire et de s’en servir comme alternative naturelle au traitement médicamenteux. A ce titre, les produits au CBD comme les huiles, thé, tisane, ou encore e-liquides ne présentent aucun risque, tant du point de vue légal que sanitaire. Ce que les contrôles salivaires recherchent, par contre, ce sont les substances illicites comme le THC. Ce psychoactif notoire est souvent également présent dans les produits au CBD. Lorsque sa concentration est trop élevée, il est facilement détectable lors des contrôles routiers. 

Le THC est considéré comme une substance stupéfiante, éventuellement capable de porter atteinte non seulement au consommateur, mais aussi à son entourage. Sa circulation (vente, achat, consommation) fait l’objet d’une interdiction en Europe. De plus, comme le nombre d’accidents de la route impliquant l’usage de stupéfiants atteint le taux alarmant de 22% de mortalité, le gouvernement français se décide à rendre les contrôles beaucoup plus stricts. De ce fait, de nouveaux tests salivaires plus performants ont été fournis

Quel principe suivent les tests salivaires ?

Les tests salivaires représentent sans doute le type de contrôle le plus simple et le plus rapide. Il consiste à procéder à un prélèvement buccal sur le sujet puis à attendre les résultats. Pour ce faire, un bâtonnet similaire à un coton-tige est frotté sur la partie de la cavité intérieure de la joue. Lorsque la salive est recueillie, le dispositif détermine au bout de 3 à 10 mn si la personne a pris ou non du cannabis avant de prendre le volant. Les amateurs de CBD seront donc soulagés d’apprendre que cette molécule, étant entièrement légale, n’entraînera aucune réaction de la part du dispositif. Fiables, ces petits bijoux à la pointe de la technologie présentent peu de risque d’afficher un faux positif. De plus, ils ne nécessitent aucune manœuvre laborieuse comme la vérification auprès des laboratoires à l’instar des bandelettes urinaires). En outre, le contrôle qui pèse sur le cannabis se réfère exclusivement au THC. Si le test salivaire établit la présence de THCA, qui désigne l’acide du THC, dans la salive, un délit a été commis. Or, cette substance est détectable même au bout de 6 heures après l’ingestion. En un mot, les produits au CBD réglementaires ne sont pas pris en charge par les tests salivaires.

Est-il prudent de prendre le volant après avoir consommé du CBD ?

Les recherches médicales et pharmaceutiques démontrent l’existence d’effets secondaires mineurs causés par la consommation de Cannabidiol. A forte dose, le CBD est susceptible d’induire une certaine somnolence, d’où les précautions à prendre au moment de conduire un véhicule. La première et la plus importante consiste à utiliser un produit de qualité, pauvre en THC. Ce psychoactif possède des propriétés incompatibles avec l’activité de conduite : il réduit la vigilance, baisse la coordination et allonge dangereusement le temps de réaction. Sur la route, ces caractéristiques peuvent se révéler fatales.

En vue de lutter contre la propagation des accidents liés à l’usage des stupéfiants, notamment le cannabis, les autorités françaises mettent en place ces tests salivaires. S’ils réagissent au taux de THC contenu dans l’organisme du sujet, des prélèvements sanguins complètent la procédure et déterminent la concentration exacte présente dans le sang. Il est à rappeler que cette molécule est considérée comme une drogue ; de ce fait, un test salivaire positif entraîne forcément des conséquences. 6 points sont retirés du permis et une suspension de permis d’une durée de 6 mois à 3 ans est aussi envisageable. D’un autre côté, il est également possible d’écoper d’une amende s’élevant jusqu’à 9.000 euros. Les tests salivaires sont pratiqués pour prévenir des accidents de la route : ces contrôles de routine se font souvent de manière inopinée. Néanmoins, si le test s’avère positif après qu’une infraction au code de la route a été commise, le sujet conducteur, pris en flagrant délit encourt une peine de prison.

Quels produits au CBD ne sont pas détectés au contrôle salivaire ?

La prudence est mère de sûreté. Aussi, pour ne souffrir d’aucune déconvenue d’aucune sorte, nous ne saurons que trop conseiller de se procurer des produits au CBD de qualité, sûrs et fiables. Par ailleurs, la traçabilité des produits ainsi que la véracité des informations mentionnées sur les étiquettes doivent être prises en compte : les concentrations en Cannabinoïdes THC et CBD doivent être clairement lisibles. De cette manière, il vous sera possible de contrôler votre consommation de CBD tout en vous assurant que la teneur en THC est réellement inférieure à 0.2%.

Cependant, les produits en contact direct avec la salive tels que l’huile, les fleurs, les résines et les e-liquides pour cigarettes électroniques ont une chance de laisser des résidus de THC sur la salive. Ces derniers sont potentiellement détectables aux tests salivaires, en particulier dans les cas où il s’agit de produits au CBD full spectrum (à spectre complet). Ces types d’articles comportent l’ensemble des cannabinoïdes présents dans la plante de chanvre. Le THC en fait évidemment partie. De plus, même si ce dernier représente moins de 0.2% du produit, en se fixant dans la salive, les chances qu’il soit dépisté augmentent dangereusement. C’est donc dans cette perspective que nous recommandons la consommation des produits au CBD qui ne contiennent que du Cannabidiol et aucun autre cannabinoïde. Cette pureté demande une méthode d’extraction complexe par isolat de CBD lors de l’élaboration de l’article (baume, huile, e-liquides, … etc)

Quelles situations requièrent le contrôle au test salivaire ?

Selon la loi française, en cas d’accidents de la route, les personnes impliquées sont soumises à des dépistages de substances illicites : drogues et alcool. Les infractions au code de la route comme les accidents entraînant des blessures corporelles ou encore les accidents mortels, en particulier, sont traitées avec le plus grand des sérieux par les agents de circulation et gendarmes. Par ailleurs, les tests salivaires peuvent être conduits sur la base de suspicions de prise de substances stupéfiantes, ou même sans aucune raison mais sous la forme de contrôle de routine.

Si le test salivaire revient négatif, le conducteur peut reprendre la route. Par contre, si le test salivaire détecte un une substance illicite (cannabis, cocaïne, héroïne, amphétamine, ecstasy,), les forces de l’ordre confisquent momentanément le permis de conduire et opèrent un prélèvement sanguin. Une fois que ce second test définit les teneurs exactes de principes actifs dans le sang, des actions à l’encontre de l’automobiliste en infraction peuvent être prises. Il encourt alors des poursuites pénales, des amendes, la suspension de permis ou encore le retrait de points. Il est à rappeler que les analyses sanguines se font exclusivement derrière les portes des laboratoires pour prévenir tout risque de contamination des échantillons et/ou des faux positifs.   

CBD Shop le plus proche

Please select listing to show.

Mauvaise localisation ? 
Entrez votre code postal